Compte Rendu de notre premier marathon 8/8

Voici enfin le compte rendu de notre premier marathon ! Il nous a fallu du temps pour mettre à l’écrit cette incroyable expérience sportive mais voici toute notre aventure, nos conseils et notre ressenti quelques semaines après. On espère qu’il vous plaira et qu’il vous donnera envie de vous lancer à votre tour dans un marathon! Bonne lecture 😉

NUTRITION MARATHON

La semaine du marathon

On a fait attention à notre alimentation toute la semaine en suivant les conseils de notre coach Nike Mathieu que vous pouvez retrouver dans l’article  « Nos conseils nutrition pour la semaine avant le marathon « .

Trois jours avant la course, on a commencé à prendre une boisson avec du maltodextrine qui permet de charger vos muscles en glycogène. Nous avons choisi de prendre la boisson bio de PunchPower, on vous conseille de la choisir de préférence avec un arôme menthe ou citron, l’arôme neutre est particulier.

Déjeuner la veille du marathon

On est allée au Nanashi, une bonne adresse pour manger des plats sains et équilibrés. On a partagé nos deux plats : burger au tofu et saumon frais, avec salades, légumineuses, légumes cuits avec un jus frais carotte, gingembre, orange et framboises.  Il est conseillé de ne pas tester de nouveaux plats la veille de course, mais on a fait confiance à nos estomacs à nos risques et périls.

Dîner la veille du marathon

On a dîné chacune de notre côté.

M : Pour moi, c’était pâtes sans gluten et blanc de poulet avec une sauce lait de coco. Pour le dessert, j’ai pris un bout du gâteau sport à la noisette de PunchPower.

L : J’ai fait un dîner léger avec un mix de quinoa/lentilles corail, du blanc de poulet et une compote

Petit-déjeuner le jour du marathon

Après avoir testé plusieurs petits déjeuners, on a opté pour le gâteau sport PunchPower à la noisette, on l’a trouvé facile à manger et très bon : un mix entre un gâteau au yaourt et de la pâte d’amande.

L’avantage est qu’on le digère très facilement et rapidement, en une heure, ça évite les petits déjeuners aux aurores trois heures avant la course.

Le petit déjeuner est clé pour se sentir bien pendant la course, se sentir léger et ne pas avoir de maux de ventre!

Pendant la course

Pour la course, on a utilisé les gels bio Punchpower que l’on a accrochés à une ceinture spécifique pour ne pas s’encombrer. Ces gels sont bons et pas écœurants, par contre il faut les prendre avec beaucoup d’eau car la texture est très pâteuse.

Pour la boisson, on est partie avec une petite bouteille d’eau mixée avec la poudre de la boisson de l’effort antioxydante bio Punchpower. Pendant le marathon, j’ai utilisé une bouteille avec un bouchon sport. A chaque bouteille d’eau vide, je dévissais ce bouchon et le remettais sur les bouteilles des ravitaillements. C’est bien plus simple pour boire sans se renverser la moitié de la bouteille sur soi!

Collation Pack Marathon Bio Premier Marathon

TENUE POUR NOTRE PREMIER MARATHON 

Tee-shirt de running

Nous avons opté pour le tee-shirt Nike Aeroreact étant donné les 20°C annoncés. La coupe et la couleur de ce tee-shirt sont très sympas.

tenue de running Nike premier marathon

Brassières de running

M : J’ai pris une brassière Nike Pro Rival qui est adaptée aux poitrines plus généreuses notamment grâce à son dos nageur qui permet un très bon maintien.

L : J’ai opté pour la brassière Pro Fierce qui est parfaite pour les petites à moyennes poitrines. Elle maintient bien la poitrine et est très confortable.

Short de running

Vu le beau temps, nous avons opté pour un short Nike pour ne pas avoir trop chaud pendant la course. Il est très pratique et confortable avec une culotte intégrée et une large ceinture extensible.

Il a également une petite poche zippée dans le bas du dos, utile pour glisser ses clefs, un gel ou une CB.

short de running Nike marathon

Chaussettes de compression et baskets

Pour les gambettes, on a opté pour des chaussettes de compression Nike pour faciliter le retour veineux pendant la course et ne pas avoir les jambes trop lourdes.

Pour les runnings, on a porté les baskets Nike qu’on vous a présentées dans l’article « nos baskets de running pour le marathon ». 

Chaussette Nike Compression Running Marathon

Montre Tomtom

J’ai utilisé une montre TomTom Runner 2 car normalement je cours avec mon application Nike Running + pour connaître mon temps mais je savais que mon téléphone ne tiendrait pas les 42kms. Cette montre est vraiment top, très pratique d’utilisation et permet de tenir une allure régulière.

Coiffure

M : Pour la coiffure, comme j’ai les cheveux fins, je les ai attachés avec un headband Nike. Je le trouve très pratique avec ces deux bandes collantes qui maintiennent bien la coiffure, même sur 42kms !

L : De mon côté, c’est plutôt l’inverse, j’ai des cheveux longs, épais et bouclés. Quand je fais du sport, je suis souvent obligée de me rattacher les cheveux une ou deux fois pendant la course. Il me fallait une coiffure qui tiennent pendant 4 heures pour que je ne sois pas stressée à me recoiffer en courant.

J’ai donc décidé de faire deux tresses collées, la coiffure parfaite pour tenir l’ensemble des cheveux et ne pas avoir de petits cheveux dans les yeux

Pour les tenues, on a refait une petite session photo après le marathon car le jour même, on était préoccupée par la course d’où mon changement de coiffure 😉  

tenue de running premier marathon margo et laure

DEROULE DE LA COURSE

Le départ

M: Je regrette finalement d’avoir choisi ce SAS, j’étais consciente que ça n’était pas mon rythme mais ça a été assez difficile de me faire doubler sur la grande majorité du parcours.

L : On est stressé et impatiente de commencer la course, on a un temps incroyable : grand ciel bleu et 18°C ! Pour éviter trop de monde au départ, on nous a conseillé de changer de SAS la veille et de se placer dans celui de 3h45.

Le départ commence, on essaye de trouver notre rythme pour ne pas courir trop vite, ni trop lentement. Je vérifie notre allure avec ma montre TomTom qui nous indique en direct notre vitesse.

Départ premier marathon Paris Margo Laure Geremy Gredeville

0-10kms

M : Mon objectif est de finir le marathon mais je me suis fixée une allure de 5,45/km que j’ai réussi à garder sur la moitié du parcours. Laure et moi, ne courons pas au même rythme et il est très difficile de courir plus ou moins vite sur une aussi longue distance. Nous nous sommes donc quittées au 4ème km.

J’ai passé le 10ème km assez facilement.

L : J’ai du mal à trouver mon rythme et je commence à avoir des contractures dans les mollets. Je sens que les muscles de mes jambes serrent mes veines et que le sang a du mal à circuler. J’ai des fourmis dans les pieds et ne les sens plus. Difficile de commencer dans ses conditions et de se dire qu’il reste plus de 30kms…mais je sais qu’il ne faut pas que je lâche et qu’avec la distance les muscles de mes mollets vont se détendre et le sang re-circuler dans mes jambes. Il faut que je tienne.

Avec Margo, on essaye de courir à la même allure mais ce n’est pas simple, si je ralentis, j’ai encore plus mal aux mollets. On essaye de tenir les premiers kms ensemble mais on finit par se séparer, pas facile parce qu’on pensait courir ensemble.

Les 15-20kms

M : A partir du 10ème kilomètre, commence une longue série de petits murs. Beaucoup parlent du mur du 30ème kilomètre mais moi j’en ai eu tout au long de la course. Je commence à souffrir de la chaleur. Nous nous sommes entraînées tout l’hiver dans le froid et bien couvertes, nous n’étions pas habituées à de si grosses chaleurs.

Je commence à ne plus digérer correctement les gels, pourtant testés et approuvés auparavant. Je pense que le stress et la chaleur ne m’ont pas aidée.

L : Mes mollets se décontractent et les fourmillements commencent enfin à disparaitre, je récupère mes jambes. Je commence à partir du 15ème km à prendre mes gels Punchpower tous les 5kms pour ne pas manquer de glycogène. Il fait très chaud, je prends une bouteille d’eau à chaque ravitaillement, je suis desséchée

J’arrive à tenir car je sais que les copains m’attendent au 22ème km à Bastille. Les croiser devient un objectif car ce n’est pas facile de courir seule alors qu’on pensait courir ensemble avec Margo.

J’ai besoin de me fixer des objectifs pour me booster.

Les 25-30kms

M : Je commence à courir au mental, ça a été difficile pour moi de me retrouver seule. J’avais besoin de discuter et de penser à autre chose. Heureusement, je savais que Zoé, ma petite soeur m’attendait au 30ème km. Elle m’attendait avec une boisson à boire pendant l’effort. Ces encouragements m’ont fait un bien fou, me voilà repartie.

L : Après avoir croisé les copains à Bastille et récupérer une bouteille d’eau avec de la boisson de l’effort, je suis reboostée

Par contre, j’appréhende le 25ème km car il y a un long passage de 1km sous un tunnel et je déteste les lieux enfermés. Heureusement juste avant l’entrée du tunnel, je croise par hasard Nico un de mes très bons copains, le bonheur!  On court ensemble et on se coach pour tenir l’allure et ne rien lâcher car on commence à sentir des douleurs dans les jambes !

Les derniers kms

M : Au 38ème km, je croise mon homme en train de marcher. On s’enlace, on s’embrasse, on s’encourage et me voilà déterminée pour terminer ce premier marathon. J’aurais tant aimé le terminer à ses côtés mais lui ne court plus depuis le 25ème km, à cause de multiples crampes.

Je le finis seule, avec le sourire, émueCe n’était pas gagné, mais je l’ai fait! Temps au chrono, 4h38 !

Les copains, notre famille qui nous attendaient, les nombreux participants à notre cagnotte pour l’association “rêves”, nous ont poussés jusqu’à la ligne d’arrivée. J’ai tellement parlé de ce marathon ces derniers mois à tout le monde que j’étais obligée de le terminer.

 

L : Nico me quitte et je me retrouve toute seule, pas facile de tenir. Je me concentre sur les personnes autour de moi, les gens près des barrières nous encouragent en criant nos noms. Ca nous booste même si on ne les connait pas, l’ambiance est folle.

Je sais que mes amis m’attendent vers le 35ème km, encore une bonne raison de tenir ! Je croise plein de sportifs incroyables des couples qui s’encouragent mutuellement, des gens qui courent ensemble pour des associations, un africain qui court pieds nus dans une grande robe rouge.. ces moments sont justes magiques.

On est tous ensemble en train de courir pour relever un nouveau défi et se dépasser pour des causes différentes. Ces derniers kms sont forts en émotions. Je pense à toutes les raisons pour lesquelles je fais mon marathon, les amis et la famille qui me soutiennent, l’association que je soutiens et notre challenge avec Margo.

Je passe la ligne d’arrivée les larmes aux yeux, envie de pleurer. Je ne connais personne autour de moi mais on se prend dans les bras et se félicite. Au chrono, j’ai 4h01, je suis contente, j’ai réussi à terminer mon 1er marathon ! 

J’ai hâte de retrouver Margo. On se retrouve vingt minutes plus tard, on se prend dans les bras, on est émue, on l’a fait ! Nous sommes marathoniennes, challenge relevé!

premier marathon Margo Laure Geremy Gredeville

L’APRES-MARATHON

Le lendemain

M : J’ai décidé d’aller travailler dès le lundi midi, je n’aurais pas dû. J’ai eu de grosses courbatures au niveau des cuisses qui m’empêchaient de marcher et de m’asseoir correctement. Les jours suivant ont été assez difficiles surtout que la journée mon cabinet est au deuxième étage et je dois aller chercher chaque patient au premier étage. Et après le travail, je dois monter quatre étages sans ascenseur…

L : Après le marathon, j’ai pris un bain glacé et j’ai beaucoup massé mes jambes avec des huiles essentielles pour décontracter les muscles. Le lendemain, je sentais que mes jambes et articulations étaient épuisées et sensibles. J’ai eu de la chance de ne pas avoir de grosses douleurs, je pense que les bains glacés et massages m’ont pas mal aidée.

2 mois après notre premier marathon 

M : Je ne pensais pas que la récupération serait aussi longue. Je commence tout doucement à retrouver l’envie de courir. Je recommence à courir une à deux fois par semaine sur un rythme assez faible.

J’ai vraiment eu besoin de ce mois de récupération, j’adore la course à pied mais je ne veux surtout pas me forcer pour continuer à apprécier.

L : J’ai eu aussi besoin de faire une pause. J’ai continué à courir de temps en temps surtout parce que j’encadre les évènements CYD à Lille. Mais j’ai vraiment levé le pied, surtout sur les distances. Je ne cours que des 5/6kms histoire de faire travailler le cardio. J’ai eu vraiment besoin de varier les sports et de faire d’autres choses que de courir. Je commence à recourir avec Margo mais on reprend en douceur pour que ça reste que du plaisir.

premier marathon tenuerunning Nike Women

Bilan de ce premier marathon

Notre premier marathon a été une super expérience sportive à vivre entre copines. Si vous vous lancez dans ce type de défi, c’est juste génial de partager la préparation à deux, ça boost et on vit de beaux moments.

Se lancer de nouveaux défis à deux poussent à se dépasser, par contre, le jour de la course pensez à courir à votre propre rythme, ce n’est pas facile de se fixer de courir à deux au même rythme et c’est important de ne pas le sous-estimer.

En tout cas, lancez vous c’est une super expérience de relever des challenges entre copines!

Maintenant, on réfléchit au prochain challenge sportif qu’on va relever ! 🙂

Merci encore à tous ceux qui nous ont soutenus pour ce beau projet, grâce à vous on a vécu une super aventure sportive et humaine. On a récolté des fonds pour des associations qui nous tenaient vraiment à cœur, même si ça reste des petits montants et qu’on aimerait trouver des projets qui nous permettent de soutenir ces associations à plus grande échelle !

Merci encore à NikeWomen, Fanny, PunchPower, TomTom et tous nous proches pour nous avoir accompagnées, et supportées pendant ces mois de préparation jusqu’à la course.

Rendez-vous pour le prochain challenge !

Margo & Laure

premier marathon

Créatrice et éditrice du blog Santa Mila Passionnée de sports de glisse et de running

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.